Test génétique: le bon sens loin de chez vous...

Publié le par yann

Stéphane, de l'excellent blog médical "kystes" a parlé plusieurs fois des tests génétiques pour différentes affections médicales, qui sont mis en vente par plusieurs start-ups sur le net.

La génétique a permis une vraie modification de notre compréhension de certaines affections, et là n’est pas l’objet de ce post.

Une de notes de Stéphane concerne la société 23 and me.

Par curiosité, j’ai cliqué sur le lien, et j’ai trouvé quelque chose d’assez surprenant.

Parmi la dizaine d’affections que la société propose de tester par le biais de vos polymorphismes génétiques, on trouve le flush à l’ingestion d’alcool.

Ca n’est pourtant pas une maladie ! Pour rappel, le flush est cette sensation de rougeur que certains sujets ressentent après une consommation d’alcool, accompagnée de nausée, de l’impression d’être malade, et de la pensée que « plus jamais on ne boira d’alcool » !

Cette sensation est en effet tellement désagréable que les sujets qui l’expérimentent ont un risque diminué de devenir dépendant à l’alcool. De fait, les porteurs de certains polymorphismes génétiques de gènes impliqués dans le métabolisme de l’alcool sont protégés, comme le souligne la plaquette publicitaire de 23 and me.


Trois limites importantes doivent être soulignées, et n’apparaissent pas dans cette plaquette :

Premièrement, quand on a un flush, on le sait. Quasiment tout le monde a déjà bu de l’alcool, et si ca vous a rendu tout rouge et fébrile, vous le savez déjà, pas besoin de payer un génotypage pour qu’on vous le confirme.

Deuxièmement, un mensonge grossier apparait dans la pub. « Our analysis of Alcohol Flush Reaction is applicable to people of African, Asian, and European ethnicities, based on available published scientific research”. Ces analyses sont valables quelle que soit votre origine ethnique d'après eux...

Faux! Après une rapide vérification, il est clair que le polymorphisme testé n’est … pas polymorphe chez les caucasiens ! En d’autre termes, si vous n’avez pas d’origine asiatique, il n’ya aucune chance pour que vous soyez porteur de ce variant génétique. Vous aurez fait ce test pour rien…

Troisièmement : Et alors ? Vous êtes porteur (ou non) de ce variant génétique. Qu’est ce que ce savoir va changer à vos habitudes ? Rien !

Vous pourrez juste en parler à l’occasion d’une soirée avec vos amis.

Gageons que le sujet de la discussion tournera rapidement autour du prix prohibitif de ce type de tests inutiles !

Commenter cet article

Chroniques de l'aigu 14/10/2009 15:11


Il est à ce propos intéressant de noter que même chez les porteur de l'allèle ALDH2, en dépit d'une sorte d'effet antabuse permanent, il arrive à se développer des dépendances alcooliques
sévères.
D'où mes très sérieuses réserves sur les "tests génétiques" annoncés comme plus ou moins prédictifs en matière de pathologie mentale...

BG


stephane 14/02/2009 22:16

Le but de 23and me n'est pas de faire du soin mais de gagner de l'argent, donc ce n'est pas étonnant qu'il déforme la réalité.Le point le plus grave est sur les affirmations sur les SNPs, le SNP de ci, de ça. Alors que nous sommes au début de la compréhension. Il est probable que dans certains cas des SNP défavorables soient contrebalancés par des SNP favorables et que nous observions un effet globale neutre.Il faudra beaucoup de temps avant que nos données de génomiques fonctionnelles soient utilisables en pratique courante dans des pathologies complexes.Pour les médicaments ça ira plus vite et peut être que cela présentera rapidement un intérêt.La mutation responsable (ALDH2*2) du flush a permis par une approche originale de randomisation mendélienne permettant de montrer que la consommation d'alcool dans les populations asiatiques est associée à une augmentation de la TA. http://kystes.blog.lemonde.fr/2008/03/11/alcool-et-tension-arterielle/