Un avis psy pour un mal de jambe ?

Publié le par yann

Un monsieur SDF d’une cinquantaine d’année est venu aux urgences d’un hôpital parisien, adressé par se SAMU social pour des douleurs aux jambes.

Il avait vu un brillant neurologue, un brillant cardiologue qui étaient tous les deux d’accord : le patient n’avait rien de bien grave et pouvait rentrer chez lui.

Le médecin des urgences m’a alors appelé, à moitié en s’excusant, pour me demander un avis « psy ». La longue lettre du SAMU social précisait en effet que le patient avait parfois des « propos un peu confus ». Des patients SDF alcoolisés qui ont des propos bizarres, il y en a tous les jours dans les urgences de tous les services de France et de Navarre, j’y suis donc allé à reculons, et aussi pour maintenir la bonne entente entre le service d’urgences et de psy, « et puis, après tout, ça me prendra 5 minutes ».

Le patient attendait gentiment, je me présente, et nous nous voyons dans un box.  Il ne buvait pas, et n’avait quasiment jamais consommé d’alcool.
Je lui demande, en guise d’introduction, si il y a des choses qui lui posent problème en ce moment.
« A part ma carte d’identité, rien, docteur ».

Il continue : « C’est depuis l’arrivée de Sarkozy au ministère, quel sacré coco celui là ! ».

Moi : « Sarkozy, un sacré coco ? Mais vous le connaissez personnellement ? ».

 Et non seulement il connaît Sarkozy, mais aussi, Mitterrand.

« Mitterrand, c’est le pire. Il est très carré. Quand il veut la peau de quelqu’un, il finit par l’avoir ».

Et ce patient me dit travailler dans les services secrets depuis de nombreuses années, et, suite à un coup de colère du président Mitterrand, la moitié des services secrets sont à ses trousses, sans que ça ne l’inquiète trop.

 Il déjoue des attentats, c’est ça son job.

 Par exemple, le 11 septembre, une dizaine de bâtiments étaient visés, seules deux tours se sont écroulées.

Comment ?

En projetant une partie de on « moi fluide » (des tentacules invisibles partant de son ventre) qui s’étendent sur le monde, et lui permettre de donner l’impression qu’il est là, sur place, alors que son « moi réel » est ailleurs.

 Pour savoir à l’avance ce qui va se passer, c’est très simple.

Il reçoit une carte postale, probablement envoyée par Dieu, selon lui, qui est une photo d’un attentat à venir. Mais il ne sait pas ou ni quand, et c’est son boulot de le deviner.

Il a en général quelques jours.

Des problèmes financiers, il n’en a pas.

Il a monté une affaire avec les Rothschilds il y a quelques années, et son compte en banque est plein à craquer.

Mais le banquier lui dit bien que tant que Sarkozy n’a pas rendu sa carte d’identité, il ne peut rien toucher.

Alors il dort sous les ponts, et il a laissé un petit château qu’il possède sur les bords de la Loire à un de ses potes qui était dans la dèche.

Ce monsieur présente un délire imaginatif riche, en général sans agressivité associée, et répondant mal au traitement.

 J’ai hésité à lui proposer une hospitalisation (il n’en voulait pas) et un traitement. Mais dans le meilleur des cas, si le traitement marche, le délire disparaîtra.

Et il s’apercevra que Mitterrand, Sarkozy, les Rothschilds, c’est du flan.

Et que ses compagnons d’infortune sont tous de grands buveurs…

Bref, je lui ai souhaité bon courage, l’ai encouragé à revenir me voir aux urgences en cas de pépin, et il est parti sans traitement.

Avant de partir, il m’a dit :

« Vous savez, docteur, quand je raconte ça, ma vie, à mes amis…Des fois, y en a qui croient que je suis fou ! »

Publié dans Cas cliniques

Commenter cet article

diane 07/04/2011 17:03



J'aime beaucoup cet article et je trouve qu'il aborde une grande question qu'en tant que soignante en psy je me suis TOUJOURS posée : et pourquoi est-ce qu'on ne laisserait pas le patient dans
son délire? est ce que c'est pas mieux pour lui? Bien sur en tant que soignant on a envie de soigner, mais dans certains cas, comme celui-ci, le cas très délicat des personnes SDF, que
faire..?  c'est une question éthique et médicale qui pourrait faire gran débat et à laquelle je crois on n'est pas pret d'avoir de réponse...



five 20/01/2007 22:05

Délire imaginatif richissime même.

yann 21/01/2007 01:27

Yep!Pourtant, juré, je n'en ais pas "rajouté" pour rendre ca plus joli. La consult s'est vraiment passée comme ca.C'est la plus belle paraphrénie que j'ai vu en 5 an de psychiatrie. En meme temps, j'en ai vu que deux, des authentiques paraphrenies.