Psychologie et politique

Publié le par yann

Voter "à droite" ou "à gauche" n'a pas, intuitivement, le même sens aux Etats-unis, en France et en Italie.

Les choix des élécteurs se font bien entendu sur les programmes des uns et des autres, mais probablement aussi en grande parite sur les traits de personnalité  des candidats.

Ce qui est également évident, c'est qu' "on vote comme on est".



Un travail américain, qui est un réplication d'une étude italienne plus ancienne, a évalué les traits de personnalité de 6000 américains, et comparé ces traits en fonction de l’intention de vote des sujets (G.Bush pour 39%, J.Kerry pour 53% des sujets).


Pour information, les evaluations de la personnalité se font à partir de questionnaires remplis par le sujet lui même, un peu commme dans "BIBA magazine", mais version scientifique, et très largement répliquée.

Dans l’analyse de la personnalité, le modèle en 5 facteurs est une évaluation particulièrement intéressante.

Le modèle en cinq facteurs définit ainsi des dimensions d’Ouverture, de Conscience, d’Extraversion, l’Agréabilité et le Névrosisme (acronyme OCEAN).

Les analyses statistiques utilisées sont relativement complexes et discutables.
Le sexe masculin et l’âge élevé étaient deux variables prédictives d’un vote G.Bush.
 

Au sein des traits de personnalité, les dimensions «agréable» et l’ « ouverture » étaient associées à un vote J.Kerry, tandis que les dimensions de « conscience » et de « névrosisme » élevées sont associées à un vote G.Bush.

L’Ouverture correspond à la capacité à accueillir positivement le changement.
La Conscience définit le caractère rigoureux ou consciencieux d’un sujet.
L’Extraversion est une dimension recouvrant l’adaptabilité sociale.
L’Agréabilité (néologisme, pour "caractère agréable") regroupe les tendances à se rendre empathique vis-à-vis d’autrui.
Le Névrosisme évalue quant à lui l’instabilité émotionnelle.


La publication est de mauvaise qualité, en particulier les analyses statistiques sont douteuses et complexes, et la revue est médiocre.

Toutefois, par comparaison avec l'étude italienne realisée quelques années auparavant,  et même si les opinions politiques de S.Berlusconi et de R.Prodi ne sont pas directement liées à celles de G.Bush ou de J.Kerry, les traits de personnalité de leurs électeurs respectifs semblent corrélés.

Quid des votants Sarkozy/Royal ?

Barbaranelli C, Caprara G.V, Vecchione M, Fraley C.R. Voters’ personality traits in presidential elections. Pers Indiv Dif 2007 42:1199-1208

Commenter cet article

schuss 16/07/2007 08:17

je regrette un choix méthodologique, effectivement le modéle de personnalité Big Five est interessant; mais il me semble que l'utilisation du TCI de Cloninger aurait pu permettre d'etudier un caractére tout à fait pertinent intitulé "transcendance". ( sens du spirituel, croyance universelle). dommage.
pour l'evaluation de l'electeur francais reflechissons avant l'elaboration de l'etude sur une evaluation du trouble du jugement. ( sinon possibilité d'echelle de confusion ou de démence..)
jp